ACTUALITÉ

Inflation: inquiétante ou nécessaire pour les investisseurs ?

S'il est un thème à la mode actuellement, c'est bien celui de l'inflation. L'inflation est au cœur de toutes les analyses et de tous les commentaires les lendemains de baisse sur les marchés actions notamment. Mais son retour aux USA et ses prémices de retour en Europe sont-ils inquiétants ou nécessaires ? Quel est le contexte ?

Depuis la crise de 2008, nous avons vécu dans un univers de taux bas. Le loyer de l'argent est faible, ce qui permet à chacun de pouvoir s'endetter à coût faible et c'est d'ailleurs peut-être une des raisons de la vigueur de l'immobilier.

Les banques centrales n'ont cessé de baisser leur taux entre 2009 et 2020 avec pour but de relancer l'inflation... en vain. Ces taux bas font que parmi les classes d'actifs accessibles au particulier épargnant, seules les actions continuent de délivrer des rendements élevés pendant que les produits obligataires ou produits bancaires de type compte à terme ou compte sur livret proposent des rémunérations faibles ou nulles.

Que change l'arrivée de l'inflation ?

L'inflation est là… elle est attendue à des niveaux modérés, tolérables comme par exemple 3.5% aux USA. Ce qui est intéressant, c'est le fait que l'inflation est présente sur les salaires et qu'elle pourra se traduire par plus de consommation notamment pour les bas salaires.

Ce que l'on peut craindre dans un premier temps c'est que cette inflation amène les investisseurs à réduire leur exposition actions et donc que les marchés actions baissent. La correction pourrait être importante compte tenu des niveaux records actuels et ce serait en effet l'occasion de prendre une respiration.

L'inflation risque également d'entrainer une hausse des taux d'emprunt. Les taux de crédit immobilier devraient donc grimper sensiblement, ce qui induirait une diminution du pouvoir d'achat de l'acheteur. Pour donner un exemple, emprunter 500K€‚ sur 20 ans au taux de 1%, emporte des mensualités de 2 299€. La même mensualité de 2 299€‚ mais avec un taux de 2% ne permet d'emprunter que 454 453€... l'impact est donc de plus de 9%. Ce phénomène pourrait entrainer une baisse des prix de l'immobilier.

Le fait que l'argent coûte plus cher va sans doute tarir certaines sources de liquidités. Certains investissements très prisés tels que le private equity, pourraient en pâtir à deux niveaux, la demande initiale et le risque que certaines entreprises ne survivent pas à un moindre accès aux liquidités.

En revanche, l'aspect positif de cette inflation sera le retour des rendements sur des actifs perdus de vue tels que les obligations et notamment les fonds de portages obligataires et pas seulement les fonds d'arbitrages obligataires. Pour un épargnant, ce sera la possibilité d'acheter à nouveau des OPC diversifiés, flexibles et/ou prudents en diversifiant réellement son exposition au risque.

De plus, l'actif le plus corrélé à l'inflation est le chiffre d'affaires, ce qui nécessairement impacte les dividendes et serait donc un aspect positif pour les valorisations des actions. Ainsi, la baisse évoquée supra, selon notre prisme, serait donc conjoncturelle et non pas structurelle.

Comment anticiper des effets inflationnistes sur son patrimoine ?

On peut conserver les fonds actions en sachant que les valorisations pourront chuter à court terme. Afin de minorer l'effet, nous aurions tendance à inciter à la prise de bénéfices, c'est-à-dire couper les plus-values et conserver la valeur initiale investie. C'est l'occasion d'initier des lignes obligataires ou de revenir sur des fonds diversifiés et prudents.

Concernant l'immobilier locatif, avec un objectif de conservation des biens de 15 ou 20 ans, nous considérons qu'il est tout de même pertinent de profiter des taux d'emprunt si favorables et à taux fixes qui plus est.


Par Géraldine Métifeux, associée fondatrice d'ALTER EGALE

LIRE AUSSI

Nous contacter

Adressez-nous un message, nous vous répondrons dans les meilleurs délais

*Mentions obligatoires. Consulter notre politique de confidentialité.